mardi 21 août 2018

La vie, un long fleuve

La vie est un long fleuve, pas toujours tranquille comme le dit un titre de film.

Comme l'eau jaillit de la source à la lumière du soleil, l'enfant jaillit de la source maternelle à la lumière de la vie.

Un ruisseau coule hésitant dans les herbes folles et grossit se nourrissant du liquide aqueux. Au fil du temps ce petit ru se dissipe, il devient un petit torrent parfois casse-cou parfois dormant.
C'est l'enfance.

Il grandit toujours s'écartant quelquefois de sa route puis revenant dans le droit chemin.Parfois il lui arrive de se tarir et son histoire s'arrête là.
Au fil des kilomètres il grossit devient un torrent impétueux, parfois indiscipliné, parfois soumis au relief accidenté l'entourant.
C'est l'adolescence.

A ce moment on ne sait pas s'il va être un rapide tumultueux ou  si des courants plus calmes vont l'assagir. Il y a des écueils, des rochers qui le déchirent et le rendent encore plus incontrôlable mais il se calme au contact d'autres il s'enrichit connaît la paix et la sérénité.
C’est l’âge adulte.

D'autres rivières viennent former avec lui un fleuve large et joyeux que nourrissent d'autres ruisseaux. Il y aura des accidents de la nature ou il deviendra fougueux voire rageur dans ces rapides de la vie.

Toutefois la plus part du temps c'est un long ruban avec des méandres qui nourrit la nature environnante. Une usine, des déchets pourront lui donner un cancer; son eau devient alors glauque, noire et insipide. S'il arrive à en guérir, il poursuivra sa route de plus en plus lentement. Pour se jeter dans cet océan d'éternité.

Nous venons de l'océan, nous avons été nourris dans le ventre avec un liquide ayant la même salinité que l'océan. Nos larmes, notre sueur contiennent la même dose de sel que la moyenne des mers.

Comme le fleuve nous retournons à l'océan pour nourrir d'autres vies.


La vie, un long fleuve

La vie est un long fleuve, pas toujours tranquille comme le dit un titre de film. Comme l'eau jaillit de la source à la lumière du sol...