vendredi 29 mai 2020

Le cheval qui courait sur un tapis!

Le rayon de soleil vient taper à la vitre sale du hangar. Il suit sa course jusqu’à frapper l’œil de l’animal à l’intérieur.

Dans ce qui lui sert d’écurie, le cheval s’ébroue doucement, comme pour chasser les démons de la nuit. D’un pas lent il se dirige vers la barrière de son enclos.

Tous les matins c’est le même rituel, le cheval guette le chemin, il sait que son maître va venir, il l’aperçoit à une centaine de mètres, hennit pour l’encourager. Son maître, Maurice, il le reconnaîtrait entre mille.

Lorsque je passe devant son territoire, il vient me voir, parfois il n’est pas d’humeur, il me snobe. Je lui donne de temps en temps un quignon de pain, là, les caresses ne l’intéressent plus, il esquive ma main d’un air de dire « donne moi ton pain ! ». Je suis fier car quand je passe au loin il hennit pour me dire bonjour, j’ai remarqué qu’il ne le fait pas avec d’autres personnes.

Ce n’est rien à comparer de la fête qu’il réserve à son maître, j’en suis jaloux, l’autre matin je passais en même temps que son propriétaire il m’a ignoré d’une façon scandaleuse ; réservant ses hennissements et ses cabrioles à Maurice.

Les jours défilent tranquillement, et le passage des gens égaie les journées de l’animal.  Son maître le met parfois dans un champ plus loin et je sens que le cheval n’est pas heureux alors je fais un effort pour lui rendre visite.  

Maurice tombe malade et ne peut plus s’occuper de l’animal. Le cheval attend, tous les matins,  un maître qui ne viendra plus. L’ainé de Maurice décide de le vendre car personne n’aura le temps de s’en occuper. On met une photo de l’animal sur internet.

Un matin d’hiver, une grosse voiture noire avec un van vient le chercher, le cheval ne comprend pas  ce qui lui arrive, lui qui n’a jamais quitter le village.

J’ai appris qu’il était dans une propriété d’un riche banquier, celui-ci l’a acheté sur un coup de tête pour le monter. Comme de toutes choses le banquier s’en fatigue et l’oublie. Pas tout à fait, car ce dernier a l’idée farfelue d’embaucher un lad et d’acheter un tapis roulant pour chevaux.  Il souhaite que le cheval soit en forme le jour où, peut être, il aura le temps de le monter.

Depuis,  tous les matins,  à l’heure où Maurice venait lui donner son blé, le cheval est attaché à une barre de fer, le tapis se met à rouler et l’animal est obligé de suivre le rythme sous le regard complice du lad.

Plus jamais, le cheval ne verra la vie du petit village, il ne courra plus dans le pré pour venir goûter mon pain. Il est devenu l’objet d’un homme qui croit qu’on peut tout s’acheter.

Il est victime de la bêtise du millionnaire.  

* L'histoire du tapis est réelle, elle est racontée par l'écrivain Joseph Incardona dans l'émission "La grande librairie"

What do you want to do ?
New mail

Mélancolie

En errant, flânant sur Youtube je suis tombé sur cette chanson : "Melancholy Man" des Moody Blues. Pour ceux qui connaissent. http...